Le titre, jolie formule…

Dont on aimerait se passer !

Sans doute, mais je crois qu’à force de dire les choses, on finit un jour par être entendu. Jusqu’à ce que l’on arrive à une formule, genre : « Ce qui est dit, est toujours à dire. Ce qui est fait, n’est plus à faire ! » ce qui signifie alors, que le message a été suivi d’effet.

Si je comprends bien, nous parlons de prévention et, en l’occurrence, de prévention face aux phénomènes d’inondation qui commencent à impacter un peu beaucoup notre environnement…

Et à peser lourd sur le quotidien, sur le moral et sur l’économique.

Comme trop souvent, je crains que trop de nos concitoyens ne prennent pas la mesure de ce qui peut se produire et, par ricochet, ne prennent aucune disposition pour faire face, par eux-mêmes.

Tout ça, c’est bien gentil, mais sans doute ne savent-ils pas ce qu’ils peuvent faire.

Exact. Et je constate que nous-mêmes, ici, n’avons pas réellement abordé le sujet et tenté d’apporter un début de réponse, aux questions qu’ils sont susceptibles de se poser.

Il n’est jamais trop tard ou, en tout cas, certains petits conseils ou idées, seront utiles ultérieurement…

Admettons. Alors, on commence par quoi ?

Établir une liste de ce qu’il y aurait à faire en cas d’inondation.

D’accord. Simplement, préciser qu’il y a deux types de listes à établir :

1/ l’aspect technique de ce qui est à réaliser

2/ l’aspect organisationnel de ce qui est à imaginer.

C’est à dire ?

En premier lieu (aspect technique), en période de tranquillité, faire le tour de la maison et noter minutieusement toutes les arrivées d’eau possibles, s’il y a inondation. Les ouvertures : portes, fenêtres, bouches d’aération (cave, sous-sol), arrivées de conduits d’évacuation (type sèche-linge) et canalisations etc. Penser à tout obturer. Sur les tuyauteries, vérifier les clapets anti-refoulement (ou anti-retour), installer une pompe. Au cas où… sortir la voiture, la mettre à un endroit hors-d’eau, poser les sacs de sable devant le garage et, au bout du bout, installer des barrières, panneaux ou plaques anti-inondation… 

En second lieu (aspect organisation), suivant ses possibilités d’aménagement, pouvoir conserver, dans un endroit sec : eau potable, nourriture non périssable, outils de base (tel que couteau suisse), radio, lampe de poche + piles de rechange ou à dynamo, bougies + briquet ou allumettes, trousse de premiers soins, lunettes de secours et appareils d’assistance, double des clés de maison, de voiture pour éviter de les chercher en cas d’évacuation par la route, panier et nourriture pour les animaux domestiques (et laisse, muselière), vêtements chauds et de pluie, bottes, cuissardes, couverture de survie, matelas gonflable, nécessaire de toilette et papier toilette, sifflet ou alarme sonore manuelle, livres, cartes à jouer, tablette chargée, ordinateur portable chargé, téléphone portable chargé…

Hé bien, voici quelques recommandations qui peuvent s’avérer utiles !

Si ça peut permettre d’atténuer les soucis, le moment venu…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre