Je crains d’avoir découvert un nouveau Risque qui, dans sa définition, ne sera pas classé comme Majeur, mais qui va peser. Je suis tombé sur un article, dans la Presse, qui m’a sidéré : 250 morts par selfie, dans le monde, en six ans…

Non, c’est pas vrai ! Mais comment peut-on mourir par selfie ? 250 ?

Plus exactement, 259…

Mais, attendez : les smartphones utilisés, c’était des trucs dignes de James Bond ? Ils étaient trafiqués et les gens ne le savaient pas ? Vous savez dans les films, quand le gars va tirer et que la balle part vers lui… Belle invention pour agent secret, mais, là, c’est pas possible !

Malheureusement, c’est beaucoup plus bête que ça…

Expliquez-nous…

Vous connaissez le principe du selfie : objectif du smartphone vers vous, clic, c’est vous la star. Bien. Et la plupart du temps, le selfie  est un simple portrait, tiré dans une situation donnée, c’est à dire, avec un décor sympa, parfois une lumière qui met en valeur etc. Il est alors réalisé comme une simple photo et même si le résultat se veut une oeuvre d’art…

Ce qui arrive parfois…

… il offre le plus souvent, une gentille réalisation qui fera plaisir. Mais il arrive aussi que la situation devienne l’objet principal. Ce qui change tout !

Où voulez-vous en venir ?

Au fait que c’est la situation qui va devenir celle qui va donner l’impact à la réalisation de la photo et non pas le personnage, en l’occurrence, vous. Vous allez être un élément de la situation, au même titre que le décor, la lumière, voire un autre personnage qui lui, sera un élément déclencheur de la situation. D’où, mon rapprochement, initialement, avec le Risque Majeur !

Vous êtes en train de nous dire qu’on arrive sur un lieu, sur lequel on est en situation de Risque parce qu’il y a un personnage – appelons-le comme ça, autre que soi-même, un animal ou un objet, au sens large – qui va jouer un rôle prépondérant dans la préparation et la réalisation du selfie ?

Exactement. Et là, tout est possible. Un animal, parce que vous vous serez approché trop près à son goût, bondira sur vous et, là se produira l’inacceptable : piqûre, morsure, étouffement, épargnez-moi le reste. Pour l’objet, au sens large, avons-nous dit, c’est parce que vous serez trop au bord d’un précipice, d’une falaise, d’une crevasse etc. que vous allez commettre l’erreur fatale : reculer encore et encore, donc finir par tomber. Ou parce que vous aurez été le long d’une voie ferrée au point d’être emporté par un train, le long d’une autoroute, abattu par un véhicule, sur un bord de mer un jour de tempête, enlevé par une vague… Les exemples peuvent être sans fin !

Vous pouvez aussi avoir décidé de réaliser une petite mise en scène qui tournera mal, parce qu’un imprévu se produira…

En fait, on se crée sa propre insécurité, parfois en poussant la situation à l’extrême et, on sait alors que l’on se met en danger ou, alors, par inconscience ou refus de voir.

Le selfie, c’est la vie, pas le virtuel.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre