Je sors d’un bouquin, totalement déconcertant : « La formule de Dieu » de José Rodrigues dos Santos.

Et alors ?

Et alors, quand les hommes de sciences se mettent à vouloir démontrer, expliquer, prouver la réalité de Dieu, c’est absolument implacable !

D’un autre côté, c’est un roman…

Oui, mais quel contenu. Prenons la triste actualité de Gênes…

… sauf que d’actualité – miracle des médias – il n’y en a plus. Aujourd’hui, plus aucun organe de Presse, ne vous parle du drame du pont…

Ce n’est pas faux. Ce que je voulais souligner, c’est ce qui est dit, à titre d’exemple, sur l’histoire d’un pont. Je cite : « … Vois-tu, une partie de moi est athée. Dieu m’a toujours semblé n’être qu’une création humaine, une merveilleuse invention qui nous rassure et qui comble facilement les lacunes de notre connaissance. Par exemple, une personne passe sur un pont et celui-ci s’écroule. Comme personne ne sait pourquoi le pont s’est écroulé, tous attribuent ce phénomène à la volonté divine. Il haussa les épaules, d’un air résigné. C’est Dieu qui l’a voulu. Mais, aujourd’hui avec nos connaissances scientifiques, nous savons que le pont s’est écroulé non pas à cause de la volonté de Dieu, mais par suite d’une érosion des matériaux, ou d’un glissement de terrain, ou d’un excès de poids pour une telle structure, bref, il y a une véritable explication qui n’est pas d’origine divine. Tu comprends ? C’est ce qu’on appelle le Dieu-des-Lacunes. Lorsque nous ignorons quelque chose, nous invoquons Dieu et la chose devient explicable, alors qu’il existe d’autres explications plus réelles, même si nous ne les connaissons pas.« … 

C’est à dire que, chez les scientifiques, les explications sont abouties ou ne sont pas. Les constats sont prouvés. Les réponses sont précises ou si elles restes parfois hasardeuses, elles sont tout de même réfléchies et argumentées et les affirmations sont vérifiées, même si elles ne peuvent pas toutes, être construites. Je veux dire qu’ils cherchent à comprendre et pour ça, ils fouillent jusqu’à trouver le schéma qui deviendra inattaquable, afin d’être incontournable, donc reconnu. L’approche de l’univers, par exemple, est détonnante. Les calculs qui appuient la thèse d’un univers en expansion constante, sont légion pour attayer le postulat. Et l’idée qu’il puisse être né du big-bang et qu’il y retournera, n’a rien à envier à la science fiction.

Fantastique !

Merci Monsieur Einstein, avant tout autre…

Mais, le plus fort, c’est que, de cette façon, on peut très bien dire que le questionnement sur l’existence de Dieu semble résolu, en tout cas pour certains, grâce ou à cause de scientifiques qui ont montré que, sans une puissance divine ou un grand ordinateur, appelez-le comme vous voulez, rien ne serait, aussi bien l’Univers, que la Terre, que nous. Et que tout tient par un équilibre savamment étudié. Il y a au départ un élément créateur qui n’avait pas droit à l’erreur. Divers calculs sont impressionnants sur ce point. D’ailleurs, dans cette idée, je ne suis pas loin de penser que le constat que nous faisons actuellement, du réchauffement climatique, est une preuve flagrante d’un déséquilibre naissant qui, si rien n’est fait avec une volonté farouche, sera à l’origine de l’instabilité puis, de la destruction de la Terre… 

Comme quoi, Dieu et la Science finissent par se retrouver…

Oui, mais n’est-ce pas qu’illusion ? Si je vous suis, ce Dieu ou ce grand ordinateur (!), décide de tout. Donc, il habite la pensée et tient la main scientifiques. Finalement, la Science est un outil de Dieu…

… ou du grand ordinateur…

… ou du grand ordinateur. Dans ce cas, on peut franchir la ligne sans crainte de se tromper : la Science, c’est Dieu ou le gr…

oui, c’est bon, on a compris…

Si c’est ça, pour moi, les dés sont pipés. La Science n’est plus la Science mais, Dieu Lui-même. Ce qui signifie qu’il n’y a rien à rapprocher, puisque Seul, Dieu existe…

Ouaouf !!! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires