Ils ont survécu ou ils sont morts. Ils sont nos héros. J’ai l’impression que, chaque année, nous avons de plus en plus de héros… 

C’est que, chaque année, nous devons faire face à de plus en plus d’événements violents, dramatiques. Souvent déclenchés par des gens qui vont être répertoriés comme personnage inconscient ou maléfique. Nos héros se sont dressés devant eux !

Ces inconscients ou maléfiques, il faudrait pouvoir les cerner…

La différence tient dans la façon qu’ils ont de déclencher l’événement ! Pour faire simple, je vais dire que les premiers font une énorme bêtise, pendant que les seconds commettent un acte prémédité, fondamentalement condamnable. Pour un résultat identique…

Si je vous suis, il y a de plus en plus de drames qui se jouent, qui ne devraient pas exister ?

Oui. Ceux commis par la catégorie des maléfiques. Prenez quelques cas : au volant, ceux qui savent pertinemment qu’ils jouent avec la vie des autres et la leur, accessoirement. Ceux qui commettent des attentats, notre Pays est bien placé pour le savoir. Ceux qui lancent des départs de feux d’immeubles avec des vengeances lamentables, les maisons individuelles, brûlées uniquement pour « faire peur », les forêts, mises à feu par sadisme, pauvreté d’esprit, amusement, inintelligence. Ceux qui déclenchent des tueries…

Là, essentiellement aux États-Unis…

Actuellement. Mais, rappelez-vous, 2011, l’île d’Utoya, en Norvège… D’autant que, ce qui demeure la base de ces tueries à répétition, à savoir la résurgence de ce que l’on appelle aujourd’hui, le suprémacisme blanc, vient bien d’Europe, puisque né au XIX ème siècle, avec la colonisation britannique. Évitons de réveiller ce type de démarche, nous risquerions de donner des idées à ceux qui n’en ont pas. Surtout que les situations entre les US et l’Europe, ne sont pas comparables…

Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas lieu de saluer ces héros qui se sont opposés à ces actes ! 

De fait, et c’est à relever, les héros naissent, parce qu’intervenant pour éviter, tenter d’éviter ou détourner le pire, mettant ainsi, leur propre vie en jeu… Mais, je pense aussi à ceux qui sont intervenus lors de situations plus que difficiles. Situations créées par des imbéciles ou des monstres, dont le point commun reste le geste inacceptable certes, comme le rappellent, à chaque fois, nos gouvernants, mais surtout, révoltant, insupportable, parce que d’abord injuste ! Et, si parmi ces héros, nombre d’entre eux sont morts, nombre aussi ont, par leur intervention, sauver énormément de vies, sans avoir perdu la leur. Nous leur devons, aux morts comme à eux, respect et gratitude…

Toutes et tous, sont un exemple…

Oui, c’est sûr. Et non. Ce que je veux dire, c’est tout de même de savoir faire la part du possible et de l’impossible. Il faut bien voir que dans une situation à Risque, la décision finale dépend d’abord des forces physique et mentale de chacun. Le plus dur, va être pour le premier intervenant, celui qui va décider d’aller à l’affrontement. Dans tout, c’est pareil. Nous sommes dans l’humain. Le plus prêt – et non forcément le plus près – va être en capacité d’y aller. Il faut alors espérer que d’autres suivront. Encore faut-il se sentir habilité à le faire, mais certainement pas, sans un minimum de réflexion. Ce qui est totalement en contradiction avec ce qu’exige une situation de drame, dans laquelle la rapidité d’action est primordiale…

Une évidence : bien se connaître !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires