Un truc m’a frappé, sur les événements de ces derniers jours, en termes de Risque Majeur…

Marseille ?

Tignes ?

Oui, Tignes. Marseille, il faudra qu’on en reparle… Simplement, un parallèle entre les deux est effrayant : le phénomène de soudaineté dans la réalisation. Comme toujours, c’est saisissant d’horreur. Mais là, ce qui frappe, si j’ose dire, c’est la différence de résultat, puisque, dans le second cas, il n’y pas eu de victime. Vous vous rendez compte, c’est rare, des dizaines de personnes qui ont eu le temps de sortir du circuit emprunté par une coulée de neige, pour se mettre en position d’évitement. C’est incroyable comme résultat ! Une ou deux, ok, mais là… une piste bleue… à 10 h du matin… je n’en reviens pas…

Quand vous pensez qu’il s’agissait d’une avalanche qu’on appelle « aérosol », qui se forme par accumulation de neige légère et récente, c’est effectivement à noter.

J’avoue ne pas trop connaître ses caractéristiques…

C’est le type d’avalanche qui se déplace à grande vitesse et avec un fort effet de souffle. L’avalanche en question peut atteindre les 100 m/s, sa hauteur peut être de plusieurs dizaines de mètres, tout en dévalant des pentes parfois à plus de 300 km/h sans se laisser impressionner par le relief. Elle déborde toute forme de couloir et peut vous abattre des forêts de pins, sans problème !

Mais, c’est fou ! Cela dit, un communiqué de la station indique que « Plusieurs skieurs ont été bousculés et pris en charge par le personnel de la station ». Belle démonstration de l’organisation, s’il en était besoin… 

Rassurant. Mais quand on sait que le risque d’avalanche ne concerne, en règle générale, que les secteurs hors pistes ou les pistes fermées, que ce risque était de quatre sur cinq à Tignes, aujourd’hui, on se dit, une fois de plus, que toute prise de sécurité ne vous met à l’abri de rien…

Et ça, c’est moins rassurant !

Hé oui, le Risque Zéro, Gipeurien…

2 Commentaires
  1. J'y bien aimé

    Ca, c’est du rapide, aussi rapide que l’avalanche… Etonnant que vous n’ayez pas parlé de la fausse information qui circulé toute la matinée sur les chaînes et qui prédisait une grande quantité de victimes. Certes cela ne rajoute rien à votre sujet « risque majeur » mais c’est quand même choquant s’il ne s’agissait-là que d’émoustiller les esprits fans de « sensationnel ». Dans un autre de vos blogs, je crois, vous conseilliez de se mettre un mouchoir devant la bouche quad on était prisonnier d’une avalanche. Très bon conseil ! Encore faut-il en avoir un dans sa poche et pouvoir l’attraper… Lol ! Dans votre prochain « papier » sur Marseille, parlerez-vous de l’opportunité saisie par un homme en mal d’amour pour se suicider en se jetant dans la mer déchaînée ? Dieu merci, ce n’est pas souvent que l’on peut choisir cette méthode pour en finir avec la vie ! Re-lol…

    • B Sautet

      Bonjour,

      d’accord avec vous sur sur cette nouvelle poussée d’acné médiatique. Tout ce petit monde de journalistes en recherche de scoop se déconsidère lui-même, même si l’info partait d’une représentante de la gendarmerie.

      D’accord avec vous aussi sur le mouchoir. Mais l’idée donnait à réfléchir et non à faire à la place de… Alors, peut-être que certains, avant d’attaquer une descente, auront mis le mouchoir autour du cou voire, dans le gant

      Marseille me permettra surtout d’évoquer l’inconséquence de certains, face au Risque. La malheureuse attitude d’un père, qui a (certainement) fait d’une curiosité trop forte un outil de mort pour ses enfants, en est l’exemple type. Mais je dois d’abord m’assurer que ce fut bien le cas.

      Merci pour votre réaction,

      Cordialement,

      bernard Sautet

      Afficher la suite de WordPress

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre