Munich Re publie ses conclusions 2018…

Qui est-ce ?

Un des plus grands réassureurs au monde…

Il est allemand !

Il nous dit qu’en 2018, il y a eu, sur notre Planète, 850 catastrophes naturelles, qui ont entraîné la mort de 10400 personnes et, provoqué 140 milliards d’euros de dégâts. Soit, un nombre d’événements en augmentation. 630 sur les dix dernières et, auparavant… je vérifie…

500 en moyenne, des années durant, ceci depuis 1988. 

Mais ce qui est à noter, c’est la baisse vertigineuse du nombre de DCD, passés de l’ordre de 106 par Réalisation de Risque Majeur, sur une trentaine d’années, à 12,24  l’an dernier. Disons 12…

Si je ne me trompe… : – 94 morts par événement… C’est vraiment à faire remarquer !

On se trouve ainsi, devant une double vérification : l’une malheureuse l’autre, encourageante. Avec la première, nous relevons que le changement climatique est une fois de plus conforté par les chiffres, puisque de 630, moyenne sur dix ans, 500 avant, nous passons à 850. A contrario, avec la seconde, on constate – première victoire ! – que les mesures de Prévention, ont réellement un effet bénéfique. Tout comme les progrès technologiques, en particulier en matière de construction, puisqu’ils participent également à la chute vertigineuse du nombre de décès, chez les victimes, vous venez de le surligner.

Une réflexion me vient aussitôt…

Et vous avez raison !

Euh…

Oui, allez-y !

Je suis convaincu que la fracture Pays en développement et Pays riches joue à fond…

Absolument. Des Pays comme les États-Unis, le Japon, ayant été particulièrement touchés, les efforts de reconstructions diverses, de reboisement ou de réaménagements territoriaux, ont des coûts faramineux, quand ceux de Pays en voie de développement, sont moins élevés, puisque les dégâts provoqués sont sensiblement autres et que les études de réhabilitation sont de moindre ampleur. Même si l’on peut penser, en tout cas espérer, que les technologies modernes entrent beaucoup plus dans le champ de leur réflexion…

Et chez nous, ça dit quoi ?

Vous voulez dire, en Europe ? Les événements sont d’un ordre un peu différent. Du moins, pour un, avec une progression lente du phénomène. Il y a certes, des éléments divers, tels que les tempêtes, mais il y a surtout le problème de fond, qui est celui de la sécheresse, au niveau du Continent. Et là…

Ça ne fait que commencer, avec des conséquences lourdes sur la production agricole et une succession d’incendies, un peu partout !

C’est à craindre !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires