« Le risque dort, pour autant il ne se repose pas… ». Cette maxime, dans notre bandeau de page d’accueil, résume parfaitement, le comportement de tout Risque Majeur…

Sur lequel de ces risques, voulez-vous débattre ?

Le Coronavirus reste l’objet de toutes les attentions, puisque plutôt annoncé avec un retour en octobre, nous devons constater qu’il reprend du service, dès maintenant…

Et nous ne sommes qu’à la mi-juillet, ce qui laisse augurer une continuation d’été plus délicate, qu’initialement prévu.

Des foyers émergent ici et là, alors que nous n’avons pas encore vécu un sommet en matière de réunions de personnes, avec les manifestations du 14 juillet…

Pour la plupart, elles ont été bien rabotées et le Président ne va pas manquer de lancer un avertissement, au cours de son intervention, demain !

Le masque, les tests recommencent à fournir l’actualité…

Avec plus de tranquillité pour les masques, mais une certaine fébrilité en ce qui concerne les tests. Non pas en termes de quantité disponible, mais en termes de faisabilité. Et d’ailleurs, les grandes gueules n’ont pas traîné, elles sont de sortie pour dénoncer ce qu’elles estiment déjà être un mensonge d’État ! Pourtant, il y a la façon de le dire, mais il semble que leurs attaques s’appuient sur une vérité due au manque de points de réalisation et à la faiblesse du nombre de personnels, susceptibles de réaliser le test.

Cela étant, le Gouvernement est conscient du problème, puisqu’il fait appel aux pharmacies pour certaines formes de tests. Mais, je constate qu’il relaie les grands pontes de la Médecine, quand il ne les précède pas, lorsqu’ils dénoncent, à juste titre, le début de laissez-aller de nombreux concitoyens dans l’irrespect des mesures de barrière sanitaire à savoir le port du masque, l’application  des règles de distanciation et le lavage fréquent des mains. Et, si la pandémie donne à nouveau des signes menaçants, c’est bien pour cette raison : un relâchement qui s’amplifie, dans le cadre même du déconfinement, c’est à souligner, manifestations après rassemblements festifs ou non.

Il est très difficile, de forcer sans forcer. Inciter sans obliger pour obtenir un résultat. Si la méthode est concevable, il est malheureusement évident que, sans contrainte, nombre de nos concitoyens ne veulent pas suivre l’obligation morale qui leur est faite, d’accomplir leur devoir du savoir vivre en Société.

Dommage. Eux comme les autres risquent de le payer cher, dans les semaines et mois qui viennent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires