La création d’une Garde Nationale, ne peut qu’être louée, reconnue comme étant un magnifique instrument patriotique, porteur des valeurs qui se sont diluées, au fil du temps, dans notre Société, jusqu’à oublier d’exister aujourd’hui… C’est l’utile magnifié !

Oui, alors, ça, c’est  le profil même du gadget. D’ici que ça tourne au coup marketing, il n’y a pas loin !  

Ah, le Gipeurien a frappé ! Reconnaissez que pour notre jeunesse, ce qui n’est souvent que des mots, prend ici, une dimension de réalité unique : la France, l’État, la Nation, le Pays, la Patrie…

Ne pas oublier le Territoire, mon cher Jefékoa… Quoique, c’est moins fort…

Mais, non, Hon’Sépa, vous avez raison… le Territoire français, ça parle. J’avoue que lorsque nous aurons une définition sérieuse et précise des missions…

Ben oui, on lance un truc et on ne sait pas ce qu’on met dedans. C’est pour ça, je vous dis, un coup ! 

Attendez avant de juger. En tout cas, l’idée a de la gueule ! Par contre, ce qui me gêne, c’est qu’on ne s’attaque pas directement, à l’ennemi de l’intérieur. Tous ces assassins en puissance, ces sectaires, ces furieux de l’exécution et tous ceux qui sont à la marge. Nous sommes obligés de créer une force, destinée à appuyer notre défense contre eux. Or, on en connaît des milliers. 20000 fichés S, nous dit le Premier Ministre. 20000….

Mais, il n’y a plus rien à faire, c’est trop tard !

Non, recréons un modèle de Service Militaire. Pas le Service National de 8 h à midi et de 14 à 18 h. Pas celui où chacun rentre, le soir, chez papa, maman. Celui, qui vous oblige au vivre ensemble, avec trois mois de classes, sans aucun contact extérieur, trois mois, six mois ou +, d’application. Ce service qui vous parle d’obéissance, de dévouement, vous apprend le sens de l’Honneur…

Oui, oh ben…

Celui qui vous inculque les valeurs de la camaraderie, qui vous rentre la langue française et ce qu’elle véhicule, dans le crâne, pour ceux qui en ont besoin, celui qui vous fait aller au bout de vous-même, surpassement de soi lors d’une marche commando, sur la Piste du Risque, lors d’un exercice de sport extrême, au moment d’un entrainement de combat…

Oh, non, là, pas d’accord !

Mais si, Hon’sépa, vous constaterez, qu’au final, tous verrons en leur maître d’aujourd’hui, leur ennemi de demain. Ils n’auront pas le choix. Ce que Daesh a fait, nous pourrions le défaire. L’Armée, renforcée par des intervenants civils, si nécessaire, constitueraient un pack unique. La droiture des officiers, la qualité des sous-off, la rigueur des gradés intermédiaires, la loyauté des troupes… une belle Armée française, pour suivre chacun, des personnels civils dévoués…

Ah, oui, après tout !

N’oubliez pas le rôle social de l’Officier, cher au Maréchal Lyautey !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires