Ce serait tout de même bien que l’on arrête de foutre la trouille aux français, avec une idée selon laquelle on peut pénétrer dans nos centrales, les mains dans les poches, en sifflotant, alors qu’on y entre plutôt, comme chez un joaillier de la place Vendôme, scruté, surveillé, suivi, malgré le sourire de tous, ce qui est normal, voire rassurant… 

Je relève le comparatif. On croirait que tout le monde va chez B…, Ch…, V… ou C…

Justement, tout le monde ne va pas se balader dans une centrale et, encore moins, s’en prendre à une centrale ! Une centrale nucléaire est une pierre précieuse…

Joli, mais, attendez, il y a une contradiction dans tout ça : de grands joailliers ont été attaqués, par le passé, moins maintenant c’est vrai, sauf que les dégâts ont été lourds, non ?

Ils ont appris à partir de l’événement, de leur vécu et, maintenant, toujours pas de risque zéro, certes, mais des protocoles très précis de surveillance et d’intervention : circulation de la clientèle, fonctionnement normalisé des systèmes de détection anti-vol, incendie, mouvements douteux, attitudes suspectes, connaissance des personnels, haute qualité des blindages et autres boucliers ou remparts sécuritaires, évolution technologique, tout est passé au peigne fin. Idem avec les centrales nucléaires. Croyez-vous réellement que tout va à vau-l’eau dans ce secteur, comme certains voudraient le faire croire ? Ceux-là mêmes dont les coups démonstratifs sont d’abord orchestrés en fonction des relais médiatiques possibles, trop contents de faire du sensationnel, eux, dont les déclarations à l’emporte pièce, lancées avec assurance, démontrent leur professionnalisme de l’anti-nucléaire à n’importe quel prix, pourquoi, la plupart des journaux s’intéresse à eux et veut faire croire à leur seule vérité d’anti-nucléaires, quand celle d’EDF, par exemple n’est citée qu’à minima et considérée comme mensongère ?

Je veux bien vous entendre, mais, nous, comment trancher dans ce débat dont nous n’avons ni les tenants, ni les aboutissants ? De plus, il est évident que les responsables de la sûreté nucléaire ne vont pas dévoiler haut et fort, les protocoles de surveillance en place sur de tels lieux.  !

Sans oublier les systèmes extérieurs au site…

Pensez-vous vraiment, qu’à partir de plans établis dans les années 60/70, pour les plus anciennes, les cinquante huit centrales soient toutes parfaitement protégées ? L’EPR de Flamanville, oui, mais les autres ?

Vous parlez des piscines de refroidissement ?

Oui, parce que pour les réacteurs, les épaisseurs de béton sont conséquentes. Ce qui n’est pas forcément le cas des piscines…

Paraît-il… La crainte pourrait venir d’un gros porteur, dit-on. Or, EDF assure que tout est sécurisé, dont les piscines.

Il faut cependant noter qu’un budget de l’ordre de 700 millions est engagé sur plusieurs années, pour renforcer les protections de coques, en particulier. Une goutte d’eau disent les détracteurs !

Je veux bien tout ce qu’on veut, seulement, le parc existe, en sortir prendra des dizaines d’années. En attendant, qu’ont-ils de mieux à proposer que des il faut, y’a qu’à ? Il faut de l’argent et encore de l’argent. Très bien. Apportent-ils les milliards qu’ils annoncent nécessaires, à grand renfort de trompettes ? Non. Ont-ils dans leur besace, la solution qui, dès demain, pas dans 30 ans, demain, va débarrasser la Terre entière de tout risque ? Non. Alors, ce que je disais au départ de notre converstion, qu’ils arrêtent de foutre la trouille aux gens. Qu’apportent-ils de constructif ? Ça suffit de faire du bruit pour faire du scoop… Le sujet dépasse de loin la simple réflexion du citoyen que nous sommes, vous et moi et nous mener en bateau ajoute la peur à la crainte possible !

De toute façon, on ne saura jamais le fin mot de l’histoire… 

Secret-Défense. Certains seront méfiants, les autres confiants. Ça changera quoi ?

Rien. Vivons ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires