Et bis repetita…

Ah, Gipeurien va nous faire une petite déclaration à sa façon ! Alors, qu’est-ce qui ne va pas Gipeurien ?

Tout va bien, mais je fatigue un peu avec les sempiternelles réflexions, dès qu’une antenne-relais s’installe quelque part…

Mais, à juste titre, j’imagine !

Pas si sûr, Jefékoa, pas si sûr… Sur les centaines d’études réalisées, vous vous retrouvez, au final, avec des résultats contradictoires. D’un côté, celles qui vont démontrer une absence ou une quasi-absence d’effets et de l’autre, celles qui font apparaître des questionnements, voire des problèmes. Deux axes, mis en avant : essentiellement au niveau de retombées touchant au cerveau et, peut-être, mais, c’est une réflexion relativement nouvelle qu’il faut prendre en compte avec la plus grande prudence, une piste cancérigène…

Ce qui m’agace, quand on entend les gens qui voient s’installer une antenne près de chez eux, c’est ce déballage de souvent fausses et vraies-fausses vérités, récoltées auprès de lobbies, d’experts inspirés ou pas, au travers de rumeurs, de propos venus de nulle part ou jamais tenus, de nouvelles médiatiques qui n’en sont pas toujours, etc. En résumé, une sorte d’hystérie collective dans laquelle, tirer des conclusions est mission impossible. Sans compter qu’il existe plusieurs types d’antennes et que, de ce fait, l’amalgame est vite fait.

Vous pouvez dire cela, mais pour être complet, vous avez tout de même certaines décisions juridiques, susceptibles de marquer les esprits ! Ce qui permet à monsieur tout le monde, alerté par un projet d’installation de s’appuyer sur les effets nocifs ou soi-disant nocifs et, sur l’aspect gênant sur le plan visuel. En fait, avant de parler, la solution est de faire le tour complet de la question, complètement en amont d’une pose envisagée.

Mais, attendez, vous fréquentez le monde des bisounours, là ! Quand un opérateur estime nécessaire d’implanter son antenne à un endroit donné – pour répondre à une attente d’habitants et de personnes, soucieux de disposer de bonnes liaisons wi-fi, bluetooth ou autre, je le rappelle – il s’adresse au Maire de la collectivité concernée, qui donnera son feu vert. Sauf, que le Maire va se prendre une volée de bois vert de la part de certains de ces administrés qui, souvent étaient les premiers demandeurs de la dite antenne et qui, sachant qu’elle allait être construite pas loin de chez eux, n’hésitent pas à porter leur décideur au piloris. Un comble, quand on sait, qu’au fond, il ne décide de rien, si ce n’est sur le plan uniquement de l’urbanisme. Certains ont bien tenté de refuser une implantation par principe de précaution, mais le Conseil d’État a fait savoir, à plusieurs reprises, qu’il n’avait pas à le faire. L’État seul, a son mot à dire. 

Et puis, il faut connaître quelques principes de base : une antenne couvre une cellule. Autrement dit, un espace (quelques mètres en ville, jusqu’à plusieurs kilomètres en campagne). Son rayonnement s’effectue à l’horizontale et non, à la verticale. Le niveau de champ électromagnétique est déjà très faible à son pied et, plus on s’en éloigne, plus il diminue. Et dans de fortes proportions. Et c’est lui qui est constamment en cause dans les oppositions. Ce n’est pas l’action électrique. Déjà, rien que ces éléments devraient rassurer…

Oh, Gipeurien optimiste !!! Petit problème, toutefois : allez rassurer des gens qui ne tiennent pas du tout à l’être… 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires