Stephen Paddock, le tueur de Las Vegas, ne se serait-il pas inspiré des méthodes de Daesh ?

Qui pourrait le dire, maintenant qu’il est mort.

Daesh a revendiqué la tuerie…

Ça ne veut plus rien dire. On sait, à présent, avec certitude qu’il n’y a aucun lien entre Paddock et Daesh. Ils sont en pleine débandade sur le terrain en Irak et Syrie, alors ils continuent de faire parler d’eux autrement… 

Plus ils revendiqueront d’attentats, plus ils inciteront de jeunes et moins jeunes à passer à l’acte !

C’est le premier point. Le second réside dans le fait que d’autres personnes, absolument pas affiliées aux délires daeshiens, si je puis m’exprimer ainsi, peuvent très bien air de la même façon, ne serait-ce que pour faire parler d’elles.

Mais c’est épouvantable, ce que vous dites là…

Je vous l’accorde, mais c’est la pure vérité. Et maintenant que le dénommé Paddock a ouvert la voie au plus haut niveau, je ne vois pas ce qui peut retenir nombre de dérangés et autres ambitieux, mythomanes ou irresponsables à tenter de se rendre intéressants.

Le danger est là, effectivement. Mais que faire ?

Vigilance personnelle. Sans tomber dans la psychose et la paranoïa, il y lieu de se tenir sur ses gardes, pour soi et pour les autres. L’observation de comportements inhabituels, est la première des prudences. On peut sentir un mec tendu. Aussi, ne pas répondre à une quelconque agressivité. Regarder, en voiture,  comme la moindre remarque peut déclencher non seulement une bagarre, mais surtout aller jusqu’au crime…

Vrai. Perdre la vie, pour un appel de phares mal venu ou une insulte basique, nerveusement lancée, c’est trop stupide…

C’est bien pourquoi, la recommandation de base, reste de conserver son calme. Ensuite, ce que l’on peut dire, c’est que l’oeil doit être notre premier atout. Regarder autour de soi devient primordial dès que l’on se trouve dans un lieu hautement fréquenté. On relèvera vite une attitude douteuse. Quelqu’un d’agité, que l’on jugera tout de même concentré, le visage sinon en sueur, en tout cas suintant, le regard hagard, ce sont autant de signes de reconnaissance… Je relativise, naturellement, car, observer un comportement que l’on considère comme anormal, déjà, pas évident à faire, mais, en plus, le relever pour le montrer, le signaler, le dénoncer ou, mieux, l’empêcher d’agir, l’affaire devient autrement plus compliquée !

Disons, au minimum être dans l’intention, pour au moins faciliter la réflexion, afin de faire au mieux, calmement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires