Le feu… la flèche… l’enfer a touché l’une des plus belles représentations qui soit, de la religion catholique…

Plus, même. Notre-Dame, c’est la représentation nationale ! Plus que la Tour Eiffel, devant l’Arc de Triomphe… Notre-Dame, c’est un monstre sacré, le plus magnifique de nos monuments. Rendez vous compte, 856 ans… des travaux de construction qui ont commencé en 1163 pour s’achever en 1345. Une beauté sans pareil… Une magnificence…

Vous saviez que 200 000 abeilles sont installées au dessus de la sacristie et qu’elles sont sorties intactes de leurs trois ruches, l’incendie terminé ?

Et les pigeons ?

Je ne vous trouve pas drôle Gipeurien. Vous n’avez donc rien ressenti en voyant ce haut lieu de la chrétienté, en même temps merveille de notre patrimoine, perdre de son aura, au fur et à mesure de l’avancée des flammes ? Vous n’avez pas frémi, devant ce spectacle désolant de la destruction ? Ses bois anciens – la forêt – qui, un à un, cédaient sous le feu nourri par eux ? Mais comment pouvez-vous rester de glace, en pensant à ces générations qui se sont succédées pour nous laisser une telle réussite ? Je ne comprends pas…

C’est pourtant simple : pensez, vous, oui vous, à tous ces gens qui se battent aujourd’hui pour à peine vivre ou survivre, alors que des centaines de millions sont déjà réunis pour reconstruire… quoi ?..

Arrêtez, vous allez dire la plus grosse connerie de votre vie ! Vous mélangez tout…

Je vous entends, Gipeurien, mais votre réaction est primaire et à court terme. Si vous voulez vous placer sur ce terrain, pensez seulement aux 13 à 14 millions de visiteurs annuels qui sont entrés dans Notre-Dame. Et, imaginez, combien, avec leur concours, financièrement, la cathédrale a pu permettre d’aider de gens, au travers d’achats, de dons qui ont été faits et combien elle fait vivre de personnes, de familles…

Et puisque vous y allez comme ça, vous, oui vous, pensez aux milliards perdus, aux emplois détruits, depuis plus de 4 mois !

Messieurs, Notre-Dame nous regarde et nous écoute. Que pense-t-elle ? Que les français, décidément, ne changeront jamais ?  

Elle au moins, est encore là pour des siècles. Elle saura le dire, le moment venu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires