Les barcelonais le disent, « Nous n’avons pas peur ! »

Les parisiens avaient dit : « Même pas peur ! »…

Il faut arrêter avec ce genre d’expression ! C’est quoi ? Vouloir montrer que nous sommes forts ? Faire de l’autosuggestion ? Convaincre les autres que nous sommes indestructibles ? Tout cela ne tient pas ! Ça me fait penser à ces jeunes qui, en bande, fanfaronnent mais qui, individuellement, lorsqu’ils sont arrêtés, disent aussitôt :  » C’est pas moi, M’sieur ! » ou moins poliment : « Mais lâche-moi, j’ai rien fait »…

Le phénomène du groupe joue à fond !

C’est vrai, mais je pense qu’il y a une autre explication, laquelle n’a rien à voir avec l’arrogance ou une fausse fierté. Je pense d’abord à l’autodéfense, peut-être. Contre les armes, qu’elles soient à feu, des lames ou un véhicule, il s’agit de montrer une assurance. Cette assurance sera assurément surévaluée, physiquement. Mais si forte, moralement. Une force morale, qu’ils n’abattront jamais. C’est, à mon sens, le premier point. Second point : leur dire que nous ne changerons rien. Deux bonnes raisons à cela : si vous changez d’itinéraire journalier en passant par un chemin, autre que votre passage habituel, on sait et ils ont démontré qu’ils peuvent frapper, ce jour-là, à l’endroit où, justement, vous serez. Donc, précaution inutile. La seconde raison est que les « nous n’avons pas peur » ou « même pas peur », sont la démonstration que le groupe, rassemblé, solidifié, restera là, compact. Des individus tomberont, le groupe, immédiatement reformé, restera uni. Un bloc. C’est l’image et la réalisation, en plus intense, de l’adage « se serrer les coudes ». Maintenant, dans les rassemblements de soutien, qui croit sincèrement à ce qu’il énonce avec une fierté mêlée aux tremblements ? Quelle est la place laissée à l’émotion et celle laissée à la conviction ? Demain, face au terroriste, quel attitude vraie, aurais-je ?

À la limite, peu importe. Le phénomène de masse joue son rôle. Formation du bloc…

… pour la partie visible, à laquelle il faut ajouter le phénomène d’unité, tout autant que celui de sincérité, pour la part psychologique.

Si je vous comprends bien, nous devrions dire : « nous avons peur, mais, nous dépassons nos peurs et vous montrons que nous sommes les plus forts »…

Et que nous le serons à jamais…

Reste à en être convaincu… 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires