J’aurais voulu sortir…

Je rappelle que vous êtes confiné et nous, également !

J’aurais voulu sortir de nos échanges sur le Coronavirus, cette semaine…

En voilà, qu’elle est bonne l’idée !

Oui, mais il y a tout de même un point que j’aimerais aborder, en ayant une pensée particulière, pour ceux qui méritent un coup de chapeau : les exécutants…

Vous voulez dire les petits, les obscurs, les sans-grade, chers à Edmond Rostand ?

Pas forcément, à moins que vous ne pensiez que le Premier Ministre soit un petit, un obscur…

Certainement pas un sans grade !

Euh, pourquoi le Prem…

Parce qu’il exécute ce que le Président décide, c’est bien connu…

Attendez, j’enchaîne : de plus, je ne le trouve ni petit, ni obscur. Lors de sa dernière conférence de Presse, il a été suffisamment didactique, plutôt clair, souvent humble, vraiment battant, même si on devinait un fond de lassitude dans le regard…

Et que l’on voyait bien qu’il laissait apparaître la part de navigation à vue, qui habite tout le monde, actuellement…

Sauf les forts en gueule, toujours très présents dans des moments pareils !

En tout cas, on peut dire qu’il reste très politique et heureusement… Je parle, dans le sujet qui nous occupe, faisant abstraction du reste…

Il est vrai qu’il se tape le sale boulot, sans garde-fou, en plein dans la lumière…

Il s’en sort d’autant mieux, qu’il semble avoir une équipe sérieuse derrière lui, son Ministre de la Santé, en tête…

C’est dit et bien dit. Passons aux autres…

Aux autres quoi ?

Ben, des exécutants, il y en a d’autres…

Exact. D’abord, hommage aux soignants. Toutes et tous. Normal ! Au-delà des grands professeurs, de spécialistes de haut niveau, de cadres et personnels de santé sages, pondérés, humains, qui savent venir assumer un langage de vérité devant les médias, je note que, pour la plupart, ils expliquent, précisent, proposent, calment, argumentent, sans forcément rassurer, s’il n’y a pas lieu de le faire…

Le parler vrai…

Et puis, ils peuvent aussi, quand il le faut, remettre les pendules à l’heure, après que d’autres intervenants se soient joyeusement lâchés à montrer leur inutilité en la matière…

Vous êtes tranchant…

Je ne tiens pas à leur faire de la Pub. Plutôt dénoncer leur attitude lamentable et inadmissible, même s’ils sont – on le dit et je veux bien le croire – de bons professionnels, par ailleurs.

Ça, c’est fait !

Je préfère rester sur les bonnes impressions, sur les mots justes qui permettent aux « chacun » que nous sommes individuellement, de mieux cerner, ce qu’il nous arrive. En plus, par notre reconnaissance et, au travers de nos remerciements, sachons ne pas oublier les autres. Tous les autres : personnels des Ehpad, infirmières et infirmiers libéraux, forces de l’ordre, agents territoriaux, enseignants, personnels volontaires, de service, agents de sécurité, techniques, caissières…

Hôtesses de caisse…

Oui, exact. Désolé. Chauffeurs divers, livreurs, coursiers, gardiens d’immeubles, hommes et femmes de ménage…

Techniciens et techniciennes de surface…

Euh, oui, vous avez raison. Simplement, à mes yeux, ce qui compte le plus, c’est de relever ce que font ces gens. Aussi bien, pour les malades et leur famille, que pour nous, bien portants : leur professionnalisme, l’abnégation de chacune et chacun, leur dévouement, sans doute leur courage, sont des valeurs qui viennent nous rappeler, ce que peuvent être et faire, une Madame et un Monsieur Tout le Monde. Et, à ce sujet, ne laissons pas de côté ceux qui s’engagent, sans casquette particulière. Ils viennent de partout pour proposer, aider, soutenir, prendre des initiatives, accompagner, participer à l’oeuvre entreprise. À coeur ouvert. Je parle bien sûr, des bénévoles. Hommage à eux…

Quant aux autres, hormis celles et ceux que nous aurions oubliés – pardon ! – : restez chez vous…

Message reçu : restons chez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires