Alors là, ça dépasse tout. Entre démagogie, réécriture de l’histoire, faits interprétés, mensonges, vérités à l’envers, il ne fait pas bon suivre les débats à l’Assemblée…

Pas besoin du coronavirus pour le savoir !

Oui, c’est vrai, mais, là, les mots raisonnent un peu plus que d’habitude, puisque l’hémicycle est pratiquement vide, gestes barrières obligent…

Je trouve qu’il y a un jeu, en ce moment, tout à fait détestable qui consiste à attaquer, démolir, les membres du Gouvernement et le Premier d’entre eux, d’une façon qui fait plus que friser la démagogie. Les oppositions, toutes, vent debout, c’est minable. Et, entendre certains, dirent qu’ils ne s’opposent pas systématiquement…

Ce qui démontre le contraire…

Ah, oui, non mais, c’est incroyable. Mieux, pitoyable !

Cela étant, reconnaissez tout de même, que le flottement ressenti ces derniers temps, n’est pas arrivé, en claquant des doigts !

Je voudrais vous y voir ! Un truc qui nous tombe dessus, totalement inconnu du monde entier, il y a encore six mois, et il aurait fallu que ce Gouvernement sorte tout de suite le mode d’emploi de sa poche, et résolve la question en un quart de tour ? D’ailleurs, je vous fais remarquer que plus d’un dirigeant, dans le monde a été surpris. Et j’arrête de parler de ceux qui n’ont rien voulu voir, et dont les citoyens se retrouvent aujourd’hui dans des situations inextricables ! Alors, un peu de mesure, s’il vous plaît…

Il faut reconnaître qu’en France – ailleurs, je suppose que c’est un peu pareil – on oublie les « avant » très facilement. Avouez que l’histoire des masques est un exemple frappant. Ne me dîtes pas que le manque est lié à une décision gouvernementale actuelle. Qu’il y ait eu un cafouillage dans la décision de fabrication et un retard à l’allumage pour en commander, je veux bien. Mais, les prédécesseurs, c’est drôle comme on ne les entend plus depuis quelques semaines…

Ben ils sont bons français, ils sont confinés !

Et leurs outils informatiques aussi ?

Sur des questions de fond, comme celle qui nous occupe, l’État devrait avoir pouvoir de décision…

Mais, qui est l’État ?

Lors de la passation de pouvoir, quand un Président est élu, il s’isole un moment avec celui qui part. Des sujets sont incontournables et incontournés. Le code de la  bombe, par exemple. Dîtes-vous que la pandémie est une bombe et que certaines décisions, comme certains stocks de matériels, ne devraient, en aucun cas, être remis en cause, sous prétexte que des ministres…

Plutôt des conseillers…

Nous ne les oublions pas !

Estiment que si on vend la réserve, on réduira la dette et, donc, on sera bien vu…

Je ne suis pas sûr que ce soit aussi simple, pour ne pas dire simpliste, mais dans le principe, je vous suis…

En terme de hiérarchie, donc, en premier lieu, le Président, veille à la continuité de l’État. Veillons à remplir la continuité de bonne façon, avec des décisions sages et pérennes…

Les Gouvernements changent, l’État reste…

Justement !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires