La CAN est…

Quèsaco ?

La Coupe d’Afrique des Nations, en football. La finale s’est jouée vendredi entre le Sénégal et l’Algérie…

Et le résultat ?

1 – 0 pour l’Algérie.

Ah, la fête, c’était pour ça ? D’accord… Par contre, c’était la fête ou la chienlit, dans les rues ?

C’était… la fête avec célébration d’une victoire pour la plupart, pendant que d’autres, pour eux, c’était, disons, un défoulement que je qualifierais de… de con, lamentable, punissable.

Oui, d’autant qu’on y a eu droit trois soirs en à peine une semaine. Normal ?

Normal : les quarts, la demi, la finale…

Vous m’avez très bien compris, Gipeurien. Est-ce normal, qu’en France, nous assistions à ce genre de « fête » dans nos rues ?

En tout cas, fête ou pas, il y a encore peu de temps, les rues en avaient vu d’autres… En ce qui concerne les supporters de l’Algérie, n’est-ce pas… ce que j’ai pu lire est déjà impressionnant. Le décompte est le suivant : 198 arrestations le 19 juillet + 74 le 11 juillet + 282 le 14 + un total de 5650 forces de l’ordre mobilisées, sur les trois soirées + de la casse de vitrines, des motos volées… j’en passe et, le tout, à Paris, Lyon, Marseille, Montpellier et les autres…

Vous oubliez un accident mortel, le plus affligeant. Mais on ne va pas faire une revue de Presse. Simplement, c’est significatif d’une époque pour le moins perturbée, d’une Société à l’envers, qui s’est sans doute agrandie trop vite, d’un manque de mesure entre le virtuel et le réel… je veux dire que ce monde dans lequel nous avançons, n’est plus en phase avec des notions de base, bien/bon/mal/mauvais qui découlaient il n’y a pas encore si longtemps, d’une éducation solide, du seul bon sens, d’une conscience affichée de ce que signifie vivre, avec les joies, les peines inhérentes à un parcours de vie ! Alors, la faute est bien quelque part ? Et les responsables de tout poil, de tout niveau, de toute tendance, dans ce Pays, ont leur part, c’est vrai. Mais, peut-être faut-il aussi, arrêter de sous-estimer et d’amnistier le comportement de jeunes et moins jeunes, en prise avec une interprétation erronée de la réalité. Il serait grand temps de manier maintenant, éducation avec ses droits, ses devoirs, fermeté avec sa rigueur, sa punition s’il le faut, le tout, encadré par des faits saillants tels que, appuyer l’encouragement, reconnaître l’effort, surligner la volonté, saluer la réussite, quand tout est réuni pour le faire… 

Il y a tout de même quelque chose qui m’a frappé et énervé. D’abord, vous écoutiez les médias vous dire : « les algériens sont dans la rue » et ils enchaînaient avec ce qu’ils avaient à dire. Mais, attendez, la plupart de ces gens, dans la rue, ce sont des français, non ? Leur Pays, ou je me trompe, c’est bien la France, non ? Alors, tous ces drapeaux déployés, ceux de l’Algérie… La France est généreuse, certes, Mais faut-il accepter l’amalgame, sans broncher ? Ce sont beaucoup d’entre eux – ou leurs parents, parce que le fait n’est pas nouveau – qui ont sifflé ou sifflent toujours le drapeau, l’hymne français non ?  

La bêtise !

Et allez donc, la bêtise… Amnistie générale… Voilà l’inacceptable, le laissez-faire, le recul qui, mis bout à bout, font, qu’à force de ne rien vouloir voir, l’avancée de l’irrespect, est en mode marche forcée. Sous estimons, encore et toujours…

L’équilibre futur est peut-être à ce prix. Montrer la voie, sans buter, bloquer. Risquer de laisser sur le bas côté, ce n’est pas la solution et les grands frères…

Nom sujet à caution. Nous ne sommes plus dans les années 80…

Hon’Sépa, vous le savez pertinemment, c’est un autre débat. Disons que ceux qui sont sur le terrain, et d’autres, on sûrement un mot en horreur : abandonner ! Grâce à leur obstination, sans doute, y a-t-il plus de chance pour nos enfants et petits enfants – surtout eux – de réussir, là où nous avons échoué. Eux, sauront s’y prendre. Bambins, ils auront appris à nager ensemble…

Si vous le dîtes… Heu…, simple curiosité : à Alger, hier, durant la grande parade, il y a eu de la casse ?

.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires