Les feux californien, suédois, grec…

Et d’autres… Nous n’avons qu’à bien nous tenir…

La Terre part en fumée comme jamais !

De toute façon, quand ce n’est pas en fumée, c’est en vrille…

???

Mais oui, Gipeurien, additionnez toutes les formes de pollution, à un nombre insensé de comportements humains déplacés ou délictueux, alors, vous découvrirez les prémices de ce qui tend à étouffer sournoisement toutes formes de vie humaine, animale, végétale.

En somme, tout fout le camp ? Quand on a dit cela, que reste-t-il à faire ?

Continuer à faire prendre conscience, inciter à agir au quotidien, porter, sans relâche, la bonne parole.

Mais, n’y a-t-il vraiment pas un moyen pour éviter d’aller dans le mur ?

Il y en a deux : l’information, l’obligation.

Ce n’est tout de même pas faute d’expliquer, d’exprimer…

L’homme est multiple. Vous avez celui qui ne s’occupe de rien d’autre que de lui. Vous avez celui qui sait qu’il n’est pas seul sur Terre, qui en tient compte, mais ne s’impliquera qu’a minima et, vous avez celui qui passe son temps à faire, donner, compenser. Le bon petit soldat…

… que l’on prend globalement pour le roi des cons…

C’est pareil en tout ! Dans un groupe, peu importe lequel, vous retrouvez le fort en gueule, l’hésitant et la perle…

Oui, on pourrait en faire une fable ! Quoiqu’il en soit, j’ai peut-être une idée : ne serait-il pas temps de commencer à faire peur ?

Sur ?

Ben, sur les événements naturels subis et leur intensité inhabituelle !

Des campagnes ayant pour locomotive la peur, c’est en partie, ce qui a été fait avec le tabac, c’est ce qui se fait, avec la prévention en matière d’accidents de la route…

… avec hésitation…

Difficile de mesurer l’incidence de ce type de communication. Et puis, la peur n’est pas une fin en soi. Diffuser trop de peur génère la panique, ce qui vous amène à l’opposé du but à atteindre. Non, la bonne ligne, c’est vraiment de faire prendre conscience par les démonstrations, les mots, les images, les faits. Les preuves. D’ailleurs, pour répondre à votre question, dedans, il y a de la peur…

Et prendre le temps…

Exactement. Dire, répéter, souligner, même si on aimerait aller vite… Vous savez, les cyclones, les inondations, les feux, les orages, tous se sont amplifiés depuis plusieurs années. Observez, surtout depuis trois ans, les fortes températures d’Été. Je pense qu’il n’y a plus de doute : cet ensemble, phénomènes naturels intenses et fortes températures, a sérieusement montré du doigt, la tendance au dérèglement climatique.

On le voit bien ces jours-ci, non seulement en Europe, mais dans le monde avec en particulier, le Japon, les États-Unis !

Justement, les températures excessives que l’on constate, les épisodes caniculaires sont des expressions de la nature qui devraient, chacun à son niveau, plus que nous faire réfléchir, nous faire agir !

Prise de conscience… Ce qui veut dire, vraiment laisser le temps au temps !

Mais, attention, la chanson le dit très bien : « Avec le temps, va, tout s’en va »…

Je vous laisse face à vos contradictions…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires