Osez !

Ben qu’est-ce qu’il vous arrive, Jefékoa ?

Mon cher Gipeurien, j’ai dit : osez !

Mais, qu’est-ce que vous voulez oser ??? En moins d’un an, entre les attentats, les inondations, les avalanches, on atteint les 240 personnes qui ont perdu la vie, à cause de tel ou tel Risque Majeur ! Vous savez très bien qu’en dehors des inondations… et, encore, celles d’un fleuve, on n’a absolument pas le temps d’agir ou réagir, puisqu’on ne voit pas le coup venir. C’est fou cette obstination que vous avez à vouloir penser que chacun peut s’en sortir…

Ce n’est pas ce que je dis et vous le savez très bien. Je dis que, si on veut bien observer le lieu où l’on se trouve, en tant qu’habitant ou de passage, on peut se donner des moyens qui permettront, si un événement se déclenche, de tenter de s’en sortir, le moins mal possible.

Mais ce ne sont que bobards, vos certitudes ! Allez arrêter un mec armé jusqu’au dents et essayez de…

Thalys.

Quoi Thalys ? 

Ils l’ont fait. Je ne dis pas que c’est facile, mais, il se trouve qu’il y avait à bord du train des gens qui ont su réagir. 

Oh ben oui, avec un militaire…

La question n’est pas là ! Quand je dis osez, c’est osez prendre conscience du Risque Majeur, osez en parler, osez vous renseigner, osez y réfléchir, osez essayer de vous mettre en situation, osez pousser des portes de psys, de sportifs, de gens de théâtre…

Oh, oh, oh, alors, là, pour oser, vous osez !

Oui, j’ose. Parce que je crois qu’une pensée bien orientée ou réorientée vers un accès – je dis bien un « accès » – d’optimisme est un déclencheur de volonté et un anti-fatalisme…

Je suis fataliste, évidemment que je suis le le suis : quand vous voyez tout ce qu’il s’est passé et qu’on sait que ce n’est pas fini, Monsieur le malin, vous dites quoi ?

Je dis : je suis curieux. Curieux, parce que ma vie peut être en jeu et que je veux savoir si je peux ou comment, me préparer. Le minimum sera toujours utile. Donc, j’ose. Simplement, pour en arriver à ce stade, il a fallu, d’abord, que je me fasse confiance. Croire en soi pour oser. Vous devriez vous y mettre !  

Heu…

Merci pour votre compréhension…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires