On dit partout qu’ils n’en ont pas !

De masque ? Non, ils n’en ont pas. En tout cas ils en manquent. Mais, par contre…

Oui, j’ai compris : ils ont le masque.

Je dirais qu’ils sont tendus, sans doute inquiets, fatigués, mais volontaires, efficaces, généreux…

Professionnels, quoi !

Oui, mais professionnels sensibles, certainement. De ces professionnels, obligés de décider, de trancher dans le vif, si on peut le dire ainsi, qui doivent constamment garder la tête froide, alors qu’il y a de quoi la perdre, par les temps qui courent. Rendez-vous compte de ce qu’il leur arrive dessus, surtout depuis quelques jours…

Et ce n’est pas fini, loin de là. Le Président l’a dit à plusieurs reprises, nous n’en sommes qu’au début ! 

D’où le masque…

Excusez-moi, je vais apparaître comme le fouteur de pagaille et le vilain canard noir de service. Je suis admiratif, pas tant de ce qu’ils font, mais de ce qu’ils vont être dans l’obligation de faire. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir…

Mais ?

Mais, l’attitude de certains, j’allais dire me révolte, non, même pas, elle me désole. Ces certains, sont vraiment à la limite du chantage. Venir sur les médias pour expliquer de nombreux points sur le Coronavirus, le faire la plupart du temps, avec gentillesse, compréhension et clarté : félicitations et un réel grand merci à ceux qui se donnent la peine…

Alors, mais ?

Mais, pour ces certains auxquels je pense, le faire avec une part de condescendance, pire, pour d’autres avec suffisance, je suis très déçu. Sous prétexte qu’ils sont un chaînon essentiel du système, qu’ils sont dans la lumière, ils se prennent pour des vedettes. Non, un peu de réserve ! C’est le premier point. Ensuite, les voir profiter de l’antenne, pour venir parler augmentation des salaires, répéter encore et encore, leur combat sur le manque de lits, de moyens et autres réclamations, ce n’est vraiment pas le moment, quoi ! Ce n’est pas parce que des téléspectatrices et teurs vont pleurer sur leur sort, dans les chaumières, qu’ils vont avancer dans leurs revendications ! Alors, bien sûr, du coup tout le monde dit : « oh, c’est vrai, les pauvres ». Sauf qu’il y en a d’autres pour lesquels la situation n’est pas des plus simples et est, souvent, plus sombre. Alors, qu’ils accomplissent leur mission. Qu’en retrait, ils négocient pied à pied, mais qu’ils arrêtent de nous prendre à témoin. Ça fait des années que les français (ça aussi ça me plaît : les français !) les soutiennent et où est le résultat : les gouvernements gouvernent, passent et ont à peu près tous la même attitude. Et ceux qui ne l’auraient pas, baigneraient tout simplement, dans la démagogie. Suivez mon regard ! Donc, que tous cherchent l’erreur, mais, maintenant, que l’on arrête d’être constamment pris à témoin. Pour ne pas dire, être manipulés…

Hé, bé ! Un peu virulent, tout ça, non ? Ce n’est pas nous qui allons pouvoir répondre, non seulement aux personnels de santé, APHP et autres, pas plus qu’aux personnels de Police, Gendarmerie, pas plus qu’aux personnels de l’Éducation Nationale, pas plus qu’aux cheminots, qu’aux personnels RATP, aux éboueurs, aux yellow jackets  et j’en passe, il y en a d’autres. Seulement, si on veut tenter le commencement du début d’une compréhension, il faut se mettre à place de toutes les parties, de part et d’autre. Et, ça, ce n’est pas possible. Il nous faudrait tous les éléments, il faudrait, ne serait-ce que comprendre tout de bout en bout, non, mission impossible. Je ne crois pas que tout soit blanc d’un côté, noir de l’autre, je ne crois pas que les personnels soient détestés par les gouvernants, je ne crois pas que les personnels soient, dans leur totalité, les grands malheureux du système, je ne crois pas que les gouvernants soient à l’abri de toute critique. Ce qui me navre, c’est que, dans ce Pays, on ne sache pas négocier de façon constante, mieux, pérenne. Il faut être, en permanence, dans le combat, voire la haine, alors qu’on devrait être dans la recherche de solutions, la discussion et l’écoute mutuelle. Le passage du Coronavirus, de ce point de vue, s’avèrera peut-être, un déclencheur bénéfique pour notre Société, tant il secoue nos habitudes, tant il nous impressionne, au point de nous inquiéter, tant il nous révèle le taux de déséquilibre dans nos systèmes de vie, tant il met à mal nos vies. Après, oui, après, chacun, à son niveau, devra repenser à ce qu’il veut faire de sa vie. En profondeur. Après…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires