Dites-moi, on n’est pas trop bien quand même en ce moment ?

Avec quoi, Gipeurien ?

Avec le Coron, oh, je ne retiens jamais son nom…

Le Coronavirus. Appelez-le Covid-19…

Coronavirus ou Covid-19, ben on n’est pas bien, hein ? D’ailleurs, c’est quoi la différence ?

Le premier, c’est le terme générique : c’est une grande famille. Le second, c’est le nom de l’actuel Coronavirus, apparu en Chine, il y a plusieurs semaines. Par exemple, avant, vous aviez eu comme Coronavirus (reconnaissable par le sigle CoV), entre novembre 2002 et février 2003, le SRAS-CoV et le MERS-CoV qui,lui, avait débuté plusieurs années après, en 2012. Et donc, actuellement le CoVid-19. Le plus souvent, ce sont des répercussions totalement bénignes et, puis, il arrive malheureusement que certains soient tout ou partie virulents. Là, sur le CoVid-19, il y a un faible pourcentage de virulence…

Sauf que, c’est l’arbre qui cache la forêt et que ce phénomène entraîne le Monde dans une course à la panique, de manière effrénée. Il y a toujours, dans l’organisation d’une contre offensive face à la maladie, une part d’irraisonnement, non, comment dit-on ?…

On va dire « une part d’irrationalité »…

Oui, pardon, la mémoire… qui fait que la panique ambiante, fait boule de neige et étouffe la raison.

Ce n’est pas facile, mais, à ce stade de l’évolution, la France, l’Europe, le Monde, même, ont connu pire. Dans les dernières, vous avez la grippe espagnole, en 1918/19, la grippe asiatique en 1956, chacune venue de Chine, et la deuxième avec une relance mieux cernée en 68/69, la grippe dite de Hong-Kong…

C’est vrai sur la Chine, je n’avais pas fait le rapprochement… Citons aussi le Sida, apparu en 1970 – sans doute avant – considéré vraiment, avec le plus grand sérieux que l’on sait, uniquement, en 1981.

En tout cas, je n’ai pas l’impression que les choses s’arrangent !

Vous le dîtes très bien : l’impression. Il me semble savoir qu’en Chine le recul est amorcé. Ici, chez nous, il y a une maîtrise, de la part du Ministère et des services de santé. Il faut continuer à être vigilants. Maintenant, comme toute approche dans un domaine de Risque Majeur, on constate une part, sinon de panique, en tout cas d’impalpabilité…

Difficile à dire, hein ? Vous êtes bon, tout de même : je vais vous appuyer pour la commission des nouveaux mots de la langue française, à l’Académie du même nom !

C’est vrai que quelque chose comme « improbabilité », ce serait tout de même mieux… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires