Plutôt que de débattre, nous avons voulu nous adresser directement à Mamadou Gassama.

Cher Mamadou,

N’en déplaise à certains – ceux, malsains, qui n’ont pas manqué et ne manqueront pas de vous traiter de singe (nous saluons… c’est du second degré, rassurez-vous… disons plutôt, nous dénonçons tout particulièrement ici, les intégristes de l’anonymat ou les grandes gueules de l’expression entre soi) – vous êtes, désormais, un héros national, voire, international. Vous avez sauvé la vie d’un enfant en réalisant un parcours du combattant, pour le moins inattendu, que nombre de nos militaires auront salué, pompiers, gendarmes, soldats de tout grade. Sans doute leur aurez-vous donné l’envie d’inscrire ce type d’exercice au panthéon de leur entraînement extrême. Le seul problème que nous ayons, est que les cambrioleurs de tout poil, vont sans doute aussi s’emparer de votre exemple car, n’ayant pas tout compris, ils croiront pouvoir ensuite passer la robe du héros, à moins qu’on ne les enrobe du drap blanc du cercueil…

Ce que vous avez réalisé est tout simplement bluffant. La décision d’intervenir est au-delà du courage, puisqu’elle rime avec folie et don de soi. Y avez-vous seulement pensé ? Le rapport difficulté de l’exercice et temps passé pour l’exécuter, est tout simplement détonnant. En êtes-vous réellement conscient ? La décontraction apparente, avec laquelle vous saisissez l’enfant pour l’extraire de son cauchemar, est, elle, surprenante. Avez-vous réfléchi au risque pris, en le happant d’une main, pour le tenir un instant, totalement au-dessus du vide, puis le soulever sans effort apparent, afin de le poser délicatement sur le dur d’un balcon ? Quelle audace ! L’audace de bout en bout, la maîtrise de soi d’un bout à l’autre de votre expédition, la perfection de la réalisation, du début à la fin, avant la délivrance, la plénitude du devoir accompli. Inouï !!!

Mais, votre parcours n’était pas fini. L’abnégation, la simplicité, l’humilité de l’après, sont venus compléter votre exploit. Le parcours s’achevait alors, sans faute. La Nation a été reconnaissante. Sans doute, tiendra-t-elle, jusqu’au bout, ses promesses, même si nous nous devons de reconnaître qu’elle ne l’a pas toujours fait !

Que votre exemple soit suivi… dans l’esprit, dans l’intention d’exemplarité, bien entendu. Loin de nous l’idée d’inciter tout un chacun à tenter cette forme d’impossible. Simplement, ne serait-ce que pouvoir se dire, en cas de force majeure, donc en cas de Réalisation de Risque, que nous avons, tous, une ressource en nous, à laquelle nous pouvons faire appel lors d’un événement hors norme. Inutile d’en dire plus, vous nous aurez compris.

L’enfant d’aujourd’hui, homme demain, sa vie durant, ne vous oubliera pas.    

Respect – le vrai, pas le galvaudé – cher Mamadou, vous êtes un Monsieur !

Signé : Gipeurien, Hon’Sépa, Jefékoa    

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires