Je crie, je gueule, je hurle !!!

C’est grave docteur ? Qu’est-ce qu’il a ?

Je suffoque… Le plus haut sommet d’Europe, devient lui aussi, un champ de bataille où tous les coups sont permis, un terrain de jeux interdits, un grand cirque romain…

Pardonnez-moi de préciser que le cirque romain avait des règles établies et que tout n’était pas permis, justement ! Passons. Vous vouliez parler du Mont-Blanc…

Oui, Monsieur, je veux parler du Mont-Blanc…

Le Mont-Blanc trinque… Ne dîtes pas que vous ne le saviez pas, Gipeurien ! L’été dernier, le Maire de Saint-Gervais publiait une liste des pires exactions relevées sur le parcours menant à son sommet…

Et, on peut savoir ?

Un fait précis : Monsieur Peillex fait remarquer que, malgré des incitations sérieuses et argumentées à différer les courses entre les 5 et 14 août, pour cause de chutes de pierres successives, 80 alpinistes ont continué, chaque jour, à rejoindre le refuge du Goûter, ultime étape avant d’attaquer le dernier accès au sommet !

Mais personne ne les bloquait en bas ?

L’interdiction pure et simple ne fait pas spécialement partie de l’arsenal des montagnards. Même si, aujourd’hui, je pense qu’un certain nombre de libertés vont être revues à la baisse pour la saison prochaine !

Et voilà, une fois de plus, les imbéciles auront eu raison de nos libertés… Je craque…

Avant de craquer, écoutez plutôt. Pêle-mêle, je vous citerai un guide de haute montagne qui reçoit un coup de poing de la part d’un membre d’une cordée descendante « au motif qu’il ne s’est pas arrêté pour les laisser passer, alors que la cordée montante a toujours la priorité ». Un autre s’est fait insulté pour une simple demande de rangement d’un piolet, un troisième a été bousculé – vous êtes en montagne, je le rappelle – pour avoir doublé une cordée de quatre individus, sans doute vexés. Ensuite c’est un homme qui voulait absolument faire monter son chien sur le toit de l’Europe, alors que lui, ce brave toutou, s’en foutait totalement et le faisait savoir… Je le rappelle, tout ceci se passe sur un espace de dangerosité extrême.

Mais, c’est du grand n’importe quoi ! On est en haute montagne et pas sur une plage, perdu sur une île, seul. Robinson Crusoé sur le Mont-Blanc, il y a un truc qui ne colle pas…

Et encore, je ne vous détaille pas l’histoire de trois gugusses qui font la sieste sur un pont de neige, empêchant ainsi, une vingtaine d’alpinistes de rejoindre leur point de repos, réservé un peu plus haut. Et… attendez, le pompon, mais ça, on le voit… c’est l’inconscience … en fait ça n’a pas de nom… le type en baskets, sans crampons, seul qui espère aller au bout sans encombre…

C’est vrai qu’une fois, j’ai tout de même vu des gens en tongues, prêts à s’attaquer à la Mer de Glace…

Là, ils avaient confondu les mers…

Mais, c’était une autre époque, je vous parle des années 50/60, la glace était belle à ce moment-là. Je peux vous dire qu’ils ont été priés de reprendre le Montenvers, vite fait, bien fait, dans le sens de la descente. Profit personnel : j’étais tout môme, j’ai appris pour plus tard…

Tenez, une petite dernière : le gars qui a planté sa tente au sommet du Mont-Blanc…

Aïe, aïe, aïe, je cauchemarde…

On évoque tout cela, d’une façon qui peut prêter à sourire, mais c’est tellement triste. Surtout, il y a des leçons à tirer de telles attitudes. Nous y reviendrons certainement au cours de l’été. Cela étant, je pense que le Maire a raison quand il dit qu’en 2019, « plus rien ne devra plus être comme avant et le Mont-Blanc devra retrouver sa dignité perdue ! » Il faut l’aider… J’évoquais la tristesse, nous y sommes : quand on aime la montagne et, précisément, la haute montagne, que l’on voit tout ce qu’elle sait donner, non seulement en images, en couleurs, en plaisirs partagés, mais aussi, en philosophie du comportement, en réflexion intérieure, en bien être ressenti, personne n’a le droit de mal se comporter avec elle. Personne n’a le droit de s’attaquer à ceux qui l’aiment, qui la défendent, qui la respectent. Heureusement, nombreux sont ceux qui la respectent.

Et si nous voulons placer une loupe sur la notion du respect dû à la montagne, il y a malheureusement, une facette à retenir, qui est celle de sa dangerosité. La haute montagne en particulier, possède un aspect plus sombre : elle peut tuer et elle tue. Or, le Mont-Blanc n’est pas un sommet à part…

De ce point de vue, en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires