Pour évoquer le CoVid-19 sur un plan économique, j’ai l’impression que les comportements des gouvernements, des financiers, des investisseurs, sont comme un copier/coller, de ce qu’est l’attitude des individus, face au Risque pandémique…

Et ça dit quoi, cette histoire ?

Ça dit que vous avez un mouvement de panique qui s’étire sur les États, les marchés, les bourses, en même temps que l’épidémie continue de s’étendre, sans trop qu’on sache comment, alors qu’elle amorce un mouvement contraire, là où elle est née. Et le phénomène est identique pour le Risque : quand le même événement est annoncé, vous avez des gens qui vont se précipiter chercher, qui des masques, qui du sucre, des haricots, des pâtes italiennes et des nouilles chinoises, alors que l’alerte n’est absolument pas donnée, créant une psychose et amenant des sueurs froides, bien en amont de l’arrivée de quoi que ce soit, parfois on ne sait où et on ne sait quand exactement. Un exemple fort avait été l’affolement de certains – dont les plus hauts responsables du Ministère de la Santé – avec le H1N1. Cela étant, facile de parler après…

Oui, mais, vous avez raison : on a l’impression, à chaque fois, que tout le monde va mourir, alors que s’il y avait un peu plus de raison gardée, les faits parlant d’eux-mêmes, les constats seraient certainement différents.

En fait, on s’aperçoit après coup, que c’est la réaction d’immédiateté, sans réflexion secondaire, qui amplifie le mouvement et, enclenche l’accès au point de non retour.

Vous voulez dire que, quand la panique s’installe, on ne peut plus rien arrêter…

Dans le cas qui nous occupe, que voit-on ? Une Chine en grande difficulté, où, petit à petit, toute activité s’arrête où plus personne n’entre, où chacun reste barricadé. Ce pays, devenu le poumon du Monde, qui produit pour les autres, dont ses citoyens viennent alimenter en devises nombre d’États à travers la Planète, qui attire lui-même, touristes, industriels, créateurs divers et variés, ce pays paraît effectivement à l’arrêt. Sauf que tout le pays n’est pas en situation de total blocage. Il connaît une passe extrême, mais au final, si ce Coronavirus daigne se désagréger fin mars, par exemple, les pays du Monde et lui, auront perdu 0,1 ou 0,2 % de croissance. Or, déjà, semble-t-il, une amélioration se précise, en Chine…

Oui, ce qu’auront fait perdre à la France les gilets jaunes au quatrième trimestre de 2019…

C’est ce qu’on a dit. Pour revenir aux effets du CoVid-19 et conclure, une Chine, en gros, à l’arrêt, un Monde, au ralenti. Les entreprises commencent à souffrir. Les humains se posent des questions et ne vont pas, là où on leur dit de ne pas aller. Les scientifiques cherchent…

Où va-t-on ?

Dans le mur !

Vers un monde nouveau, pourquoi pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires