Hier, en fin d’après-midi, six incendies, dans les Bouches du Rhône, partis simultanément…

Unité de lieu, de temps, d’action…

Nous n’en dirons pas plus pour le moment !

Toujours la même problématique de l’incendie accidentel ou volontaire…

En tout cas, l’impressionnant, c’est la colonne de fumée qui s’étire petit à petit sur des kilomètres, poussée vers la mer par un vent violent, puisque le Mistral était donné comme devant atteindre des pointes jusqu’à 90 km/h. Difficulté pour les pompiers au sol, pour les Canadair dans les airs, avec pour eux en plus, l’arrêt de leurs interventions, à la tombée de la nuit. On connaît le processus, avec une reprise le lendemain matin…

La zone est très habitée, parce que proche de Marseille et région particulièrement fréquentée en ce moment, avec les vacanciers, heureux de se retrouver sur les rives de la Côte Bleue… Si cinq feux ont rapidement été circonscrits, l’un d’entre eux a tout de même tout aussi rapidement couru sur une distance Martigues/La Couronne, soit une grosse dizaine de kilomètres, qu’il a sérieusement ravagés.

On sait que 1200 personnes ont d’ores et déjà été déplacées, de leur lieu de vie habituel ou séquentiel. Je pense aux indigènes, bien naturellement, mais également aux gens venus dans les campings, par exemple, qui sont à nouveau touchés, après avoir souffert, comme beaucoup, de l’arrêt obligé, dû au Coronavirus…

Il est 2 h du matin. Au moins 900 hectares ont déjà brulé. Une pensée particulière pour les pompiers qui vont certainement avoir à lutter toute la nuit, contre les flammes du dernier incendie restant extrêmement actif, s’étendant aux alentours de Martigues. Le ballet incessant de leurs camions provoque bien sûr des embouteillages monstres, mais chacun comprend la situation…

On peut l’espérer, effectivement…

Leur intervention est lourde, puisque plus de 1000 d’entre eux sont mobilisés, rejoints en plus par des collègues hors département…

Pour le reste, soyons vigilants. Nous sommes dans une période de sécheresse. Tout départ de feu serait…

Est impardonnable… 

Pensons Culture du Risque !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires